Le Chef de Choeur

Message d’espoir adressé aux choristes le 1° mai 2020:

Mes chers amis,

Je suis très heureux de vous envoyer ce mail et sachez que c’est bien volontairement que j’ai pris le temps de vous l’adresser parce qu’après tout à chaque période ses préoccupations…  Sachez que je ne suis pas de ceux qui font des projets quand ce n’est pas possible ou que ce n’est pas le moment. Je ne vais pas m’adresser à vous quand on nous impose un confinement et de ce fait, je ne vois en de telles circonstances aucune utilité de déployer toute la belle énergie que chacun d’entre nous est capable de mettre en action dans nos projets de pure réjouissance et de pur bonheur artistique alors que par les circonstances ne leur donnent aucune légitimité.

En fait je vous avoue que j’attendais attentivement les annonces « tant attendues » de ce à quoi pourrait ressembler notre « déconfinement », avec ses prérogatives pour savoir ce qui était possible quant à nos possibilités de nous produire, gardant l’ardente conviction de pouvoir réaliser au moins un de nos concerts (le 17 juillet).

Je ne suis pas de ceux qui démissionnent à la première escarmouche même si elle est de taille par rapport au manque de liberté.

En de telles circonstances je prends toujours soin de me souvenir de ce qui m’anime et pourquoi je décide d’entreprendre quand je vous dirige ou quand je vous incite à donner le meilleur de vous-même dans notre domaine qui est le chant. Sachez mes amis que bien plus que de réaliser de beaux concerts (ce que nous arrivons à faire d’ailleurs), ce qui me rend le plus heureux quand je suis parmi vous c’est de vous retrouver tous les mercredis et que par ma simple médiation je vois 60 personnes heureuses d’être là, de chanter, de se retrouver et de partager une belle communion artistique et humaine. A un ami qui me demandait ce que je faisais avec mes chorales, je lui ai répondu ce que je pensais être le plus judicieux par rapport à ce genre de question : Je lui ai dit simplement « je leur donne 2h de bonheur par semaine soit un jour par mois, il ne reste plus que 364 personnes faisant la même chose pour que ce soit le Paradis ! »

Je dois vous avouer mes amis que depuis le début de la mise en quarantaine je me suis dit, peu importe les circonstances, même si je dois faire un concert le 17 juillet avec 50 choristes et 50 personnes « autorisées » à y assister, je le ferais !!! Non pas parce que je veux faire de la résistance, non pas parce que je veux prouver quoi que ce soit, non pas parce que c’est bien de le faire, mais uniquement parce que vous méritez ça !

Mes chers amis voilà concrètement ce que je vous propose. Ne pouvant plus nous réunir tous pour l’instant et ne voulant pas démissionner par rapport à une situation absurde, je vous propose d’instaurer dès le 13 mai des répétitions par pupitres : ténors, basses, alti, soprano1, soprano2. Je peux faire deux répétitions par semaine de 1h30 avec l’un des pupitres, soit une répétition tous les 15 jours en moyenne pour chaque pupitre. Je pense réellement que c’est réalisable et que nous pourrions profiter d’un travail approfondi pour chaque pupitre et amener beaucoup de qualité à notre chorale à moyen terme. Et c’est aussi un excellent moyen de tirer profit des circonstances actuelles et de continuer à « réellement exister socialement». Aussi je ne le ferai pas seul. C’est pourquoi je vous demande de me répondre individuellement pour savoir si vous êtes prêt à faire cette belle expérience !!!

Vous savez mes amis, à l’heure ou les plus grands festivals sont annulés, et que pratiquement tous les rassemblements festifs de notre côte sont déjà annulés, permettez-moi de croire que si en juin il nous est « autorisé » de se réunir à une centaine de personnes, nous ferons notre concert de juillet avec nous et 50 personnes dans le public ! Juste parce que je vous dois bien cela ! Et que nous avons le droit d’exister !

Si ce n’est pas le cas, et si nous instaurons nos répétitions par pupitres nous aurons au moins eu la chance de nous retrouver partiellement et d’avoir avancé musicalement.

Et si ce n’est pas le cas, j’aurai au moins eu le plaisir de vous envoyer ce mail.

Mes amis investissons dans ce qui est important pour nous !

L’homme est un animal social : à la fois très vrai même si certains ou certaines peuvent y voir un coté réductible.

Mais ce qui est sûr c’est que pour mon immunité je sais ce qui est important :

De côtoyer les gens que j’aime

De les toucher

De prendre le soleil

De me sentir libre

De n’avoir peur de rien

De manger le plus sainement possible

De mettre les pieds dans le sable (pour nous Bretons, tout de suite et impératif !!!)

Muguet_Soleau 

 

Prenez ces quelques brins mes amis, non pas pour célébrer cette journée…mais vous garantir 364 de bonheur !

 

Avec toute mon amitié

 

Michel Soleau

 

 

Portrait de notre Chef de Chœur (le Penthièvre du 27 mars 2017)

Michel Soleau_Penthievre_270317

Le Chef de Chœur, Michel SOLEAU

Soleau2

Après un démarrage de 15 mois avec un Chef de Chœur, Michel SOLEAU a pris la Direction du Chœur du Verdelet en Octobre 2016.

Chanteur, Professeur de technique vocale, chef de Chœur et trompettiste, il a été longtemps membre du Chœur de l’Orchestre de Paris et du Chœur de Chambre Paris-Renaissance.

Cette expérience lui a permis d’explorer tout le grand répertoire choral auprès de Chefs prestigieux tels que Daniel BARENBOÏM, Pierre BOULEZ, Carl Maria GIULINI.

En Parallèle, il a étudié le chant et la direction de Chœur avec Jean BRAZZI, Lucia di CARLO et Marcel VANAUD.

Un parcours remarquable

Titulaire d’un master de musicologie et un diplôme de musicothérapie, il n’a jamais oublié son premier instrument, la trompette, qu’il joue depuis l’âge de 10 ans.

Passionné depuis toujours par la pédagogie, il est, depuis 25 ans, professeur titulaire de chant, direction de chœur et trompette dans un conservatoire de la région parisienne.

Installé depuis peu à Pléneuf-Val-André où il revient se ressourcer chaque semaine, il a également repris la direction des Chœurs d’Emeraude de Matignon.